jeudi 23 mai 2019

2019






*** Douleur et gloire
2019 SP / Pedro Almodovar  / 1H52




Salvador Mallo est un réalisateur qui a connu le succès mais qui ne réalise plus de films à cause des nombreuses douleurs physiques dont il souffre. Par hasard, il retrouve Alberto, un acteur avec qui il s'est fâché trente ans auparavant.

Il se remémore son enfance avec sa mère au village de Paterna. Une série de retrouvailles après plusieurs décennies, certaines en chair et en os, d’autres par le souvenir, dans la vie d’un réalisateur en souffrance. Premières amours, les suivantes, la mère, la mort, des acteurs avec lesquels il a travaillé… et le présent. L’impossibilité de séparer création et vie privée. Et le vide face à l’incapacité de continuer à tourner.



Ce film est une sorte de biopic-fiction d’Almodovar. On y retrouve les thèmes de ses principaux films : l’amitié, le sexe, les drogues : cocaïne, cocktails d’anti-douleurs, héroïne… les bisexuels, la mère, les hôpitaux… Le tout traité de main de maître.



N.B. Même si en espagnol « caballa » est le surnom de l’héroïne, les sous-titres français auraient du garder « horse » et non pas « cheval ». Mais peut-être ce film à succès fera-t-il évoluer l’argot moderne ?





** Nous finirons ensemble
2019 FR / Guillaume Canet   / 2H15






Préoccupé, Max est parti dans sa maison au Cap Ferret pour se ressourcer. Sa bande de potes, qu’il n’a pas vue depuis plus de 3 ans débarque par surprise pour lui fêter son 60ème anniversaire ! La surprise est entière, mais Max est ruiné et s’est résigné à vendre cette maison de vacances sans avoir prévenu Isabelle son ex épouse  et Sabine sa nouvelle compagne.

Max s’enfonce alors dans une comédie qui sonne faux, et mettra le groupe dans des situations pour le moins inattendues…



Je suppose que je suis allé voir ce film en prévision d’une invitation au Cap Ferret chez des amis en septembre. En fait je n’avais pas aimé le film précédent « Les petits mouchoirs ». Je déteste ces films qui mettent en scène des bobos friqués, dans des maisons aux extérieurs style cabane de pécheur et aux intérieurs plutôt cossus, qui boivent du vin millésimé et draguent à tous vents comme s’ils avaient 18 ans.





*** Lourdes  ( documentaire)

Le rocher de la grotte de Lourdes est caressé par des dizaines de millions de personnes qui y ont laissé l’empreinte de leurs rêves, leurs attentes, leurs espoirs et leurs peines. A Lourdes convergent toutes les fragilités, toutes les pauvretés. Le sanctuaire est un refuge pour les pèlerins qui se mettent à nu, au propre – dans les piscines où ils se plongent dévêtus – comme au figuré – dans ce rapport direct, presque charnel à la Vierge…

La critique ses spectateurs est dithyrambique : « un documentaire rare, qui déborde d'humanité et de grâce ». Je dirai plus simplement que ce documentaire est à voir par ceux qui traversent des épreuves : ils y trouveront plus malheureux qu’eux.

A voir aussi par les bien portants de tous âges qui  ne sont pas encore engagés dans le bénévolat : ils y trouveront l’exemple de jeunes et moins jeunes qui se mettent au service de leurs semblables malades ou handicapés.

Les chrétiens apprécieront la confiance des pèlerins qui, pour certains, viennent tous les ans se confier à la médiation de la Vierge.

Tous pourront se concentrer sur les moments de convivialité entre les permanents, les accompagnants et des  pèlerins abîmés dans leur chair, parfois dans leur esprit ou simplement mis au ban de la société. 



**El Reino
2019 SP FR/ Rodrigo Sorogoyen / 2H11

Manuel López-Vidal est un politicien influent dans sa région. Il est le dauphin du président du conseil régional qui va le faire entrer à la direction nationale du  parti à Madrid.
Sur le plan privé c’est la vie de château .
La Justice régionale finit par enquêter sur les affaires financières du Parti. Madrid va sacrifier un fusible : un élu, Paco Castillo, est arrêté. Manuel Lopez Vidal sera le suivant. Ses amis le lâchent les uns après les autres.
Pour essayer de se sauver, il recherche les preuves de l'existence du système de corruption généralisé dans lequel il a œuvré pendant des dizaines d’années, preuves qui lui permettront d'acheter son impunité et retrouver une vie de famille au soleil…


C’est un film instructif qui a sûrement fait le bonheur des « gilets jaunes ».  Au début, on se perd un peu dans tous ces politiciens véreux et les scènes longuettes de la dolce vita à bord d’un gros chriscraft . Mais la suite dans le bureau du trésorier du Parti, puis en Andorre et finalement à la télévision  va crescendo.
Le réalisateur Rodrigo Sorogoyen, et sa co-scénariste Isabel Peña, ont dit  "le sujet central de ce film c’est le mensonge comme manière de vivre. »




***  Tel Aviv On Fire

2019 Luxemburg Israël Belge / Sameh Zoabi / 1H37





Salam, 30 ans, vit à Jérusalem. Il est Palestinien et stagiaire sur le tournage de la série arabe à succès « Tel Aviv on Fire ! » Tous les matins, il traverse le même check-point pour aller travailler à Ramallah.  Un jour, il se fait arrêter par un officier israélien Assi, fan de la série, et pour s’en sortir, il prétend en être le scénariste. Pris à son propre piège, Salam va se voir imposer par Assi un nouveau scénario . Evidemment, il va y avoir des rebondissements…



J’ai bien aimé ce film à la fois plein d’humour et de clins d’œil à la situation  géopolitique. Egalement un portrait charge de la société divisée au Moyen Orient où les familles arabes et israéliennes se retrouvent tous les soirs devant les épisodes de leur feuilleton télévisé préféré. Le dernier gag est génial.

Allez le voir vous passerez un bon moment.
 


*** L'Adieu à la nuit
2019 FR- RFA / André Téchién  /1H43

Une grand-mère, Muriel, qui exploite un centre équestre dans les Pyrénées Orientales se réjouit de voir Alex, son petit-fils, venir passer quelques jours chez elle avant de repartir vivre au Canada.  Cependant, intriguée par son comportement, elle découvre bientôt qu’il lui a menti. Alex s’est converti à l’Islam et se prépare à une autre vie. Muriel, bouleversée, va réagir très vite…

Extrait de l’interview du réalisateur André Téchiné publié dans le journal LA CROIX



« Le point de départ, ce sont les livres de David Thomson. Je voulais voir si je pouvais adapter au cinéma non pas un roman comme c’est souvent le cas, mais cette parole de djihadistes recueillie de manière brute par le journaliste. . Parce qu’on ne la connaît pas, qu’elle nous paraît étrangère et incompréhensible, j’avais envie de la donner à voir et à entendre, de lui apporter du concret, tout en la respectant.
À partir de là, j’ai construit une fiction la plus simple et la plus minimaliste possible »



C’est dommage que sur un sujet tout à fait sérieux et grave,  le réalisateur ait réussi à me faire regarder ma montre plusieurs fois. Qu’est ce que ce serait s’il n’avait pas déclaré vouloir faire dans le minimalisme ! Bref , allez le voir à vos risques et périls.





**** Rebelles
2019 FR /  Allan Mauduit /1H 27

Après avoir passé 15 ans sur la Côte d'Azur à vivre d’amour et de petits boulots, Sandra, ex miss Nord-Pas-de-Calais, revient s'installer chez sa mère à Boulogne-sur-Mer   Embauchée à la conserverie locale, elle repousse vigoureusement les avances de son chef et le tue accidentellement. Deux autres filles ont été témoins de la scène. Alors qu'elles s'apprêtent à appeler les secours, les trois ouvrières découvrent un sac plein de billets dans le casier du mort. Une fortune qu'elles décident de se partager. C'est là que leurs ennuis commencent...

Je l’ai vu pour 4 € dans le cadre du Printemps du cinéma. Le scénario - assez prévisible - commence par un gag inédit suivi d’un deuxième sans doute déjà vu mais tout aussi efficace. Bref on s’amuse bien. . Les trois actrices sont super

* Dans les bois  
2019 Lituanie etc /Mindaugas Survila/1H 03

Ce documentaire, quasi sans paroles, montre de magnifiques séquences de vie animale sauvage : oiseaux, insectes  etc .

Photographie extraordinaire, au point de penser que les clips vidéo ont été recadrés pour nous montre des gros plans vertigineux .
Dire que ce documentaire est «  un témoignage atypique, poétique et fascinant quand on songe à la rapidité avec laquelle ces lieux encore vierges sont en train d'être effacés de la surface de la terre ». est un parti pris écologique que n’ai pas ressenti.


**** Vice

2019 USA /  Adam McKay/ 2H14

Fin connaisseur des arcanes  du système politique américain Dick Cheney, soutenu et poussé par son épouse Lynne, a réussi à se faire élire vice-président aux côtés de George W. Bush. Devenu l'homme le plus puissant du pays, il a largement contribué à imposer un nouvel ordre mondial dont on sent encore les conséquences aujourd'hui…

Au-delà de la saga particulière de la famille Cheney, ce quasi biopic nous rappelle beaucoup de choses sur les autres protagonistes de cette époque : Donald Rumsfeld , l’avocat David Addington, Bush père et fils,  Gerald Ford Donald Reagan…
Le rôle des lobbies, et moins connue, la facilité avec laquelle il a été possible de contourner les règles de la plus grande démocratie au monde pour parvenir au pouvoir et prendre des décisions au service d'intérêts privés .

Le titre ambigu Vice-Président , Vice de forme ou même vice tout court n’a pas été choisi au hasard.. Il s’agit du mensonge d’Etat et de la manipulation de l’opinion publique qui ont déclenché le chaos  au Moyen Orient que nous connaissons maintenant.

 
** Les Eternels
2019 Chine/Jia Zhangke  /2H15         

En 2001, la jeune Qiao est amoureuse de Bin, petit chef de la pègre locale de Datong.
Alors que Bin est attaqué par une bande rivale, Qiao prend sa défense et tire plusieurs coups de feu. Elle est condamnée à cinq ans de prison pour port d’arme illégal..
A sa sortie, Qiao part à la recherche de Bin et tente de renouer avec lui. Mais il refuse de la suivre.
Dix ans plus tard, à Datong, Qiao est célibataire, elle a réussi sa vie en restant fidèle aux valeurs de la pègre.
Bin, usé par les épreuves, revient pour retrouver Qiao, la seule personne qu’il ait jamais aimée…

Je l’ai vu pour 4 € dans le cadre du Printemps du cinéma. La critique était enthousiaste. Le film est trop long.  Le scénario de cette histoire sentimentale fait penser aux romans anglais. Mais la mise en scène laisse à désirer avec une succession de scènes et de nombreux flash backs. Sans parler de quelques rajouts inutiles sur le tourisme des OVNIs et la voleuse chrétienne. On peut s’abstenir.

****Sibel

Sibel, 25 ans, vit avec son père et sa sœur cadette dans un village isolé des montagnes de la mer noire en Turquie. Sibel est muette mais communique grâce à la langue sifflée ancestrale de la région. Rejetée par les autres habitants, elle traque sans relâche un loup qui rôderait dans la forêt voisine, objet de fantasmes et de craintes des femmes du village. C’est là que sa route croise un fugitif. Blessé, menaçant et vulnérable, il pose, pour la première fois, un regard neuf sur elle.

Un beau film sur les mœurs patriarcales dans certains villages musulmans, la force des traditions, l’antagonisme des jeunes et des vieux…
Le scénario est surprenant et génial. Je vous recommande ce film.


****Le chant du loup
2019 FR / Antoin Baudry  1H55

Le jeune Chanteraide est une « oreille d'or » aux capacités exceptionnelles . Ce surnom est donné aux personnels sous-marinier spécialisés dans l'analyse acoustique. Au retour d’une mission sur le sous marin nucléaire d’attaque « le Titane » il croit avoir détecté la présence d’un sous-marin russe de type ancien théoriquement démantelé.
Pendant son temps à terre il rencontre Diane, une jeune femme énigmatique peut être  fumeuse de cannabis. C’est l’amour au premier regard. 
Au moment de repartir pour une mission de plusieurs mois sur le sous marin lanceur d’engin « l’Effroyable », Chanteraide est disqualifié  par son analyse médicale. Il traine dans les couloirs du Centre des Opérations. Son diagnostic n’est pas assez précis  et déclenche un ordre de tir atomique venant du Président de la République envoyé à l’ « l’Effroyable » selon une procédure sécurisée. On est à quelques heures d’un conflit mondial majeur…


C’est un film extraordinaire que je vous recommande. Outre l’organisation du travail à l’intérieur des sous marins et au Centre des Opérations, on y apprend l’importance des procédures et la confiance entre les équipages et leurs officiers.
Mais la grande leçon c’est que les militaires respectent les procédures qui garantissent la confiance entre les dirigeants politiques et les forces armées, cependant que les politiques changent de procédure quand ça les arrange.

P.S. Après l’avoir vu, on peut lire le détail du scenario ici sur Wikipedia


 *** Qu'est-ce qu'on a encore fait au Bon Dieu
2019 FR/ Philippe de Chauveron  /  1H39

Claude et Marie Verneuil, riches borgeois de Chinon, font face à une nouvelle crise.
Leurs quatre gendres, Rachid, David, Chao et Charles sont décidés à quitter la France avec femmes et enfants pour tenter leur chance à l’étranger.
Incapables d’imaginer leur famille loin d’eux, Claude et Marie sont prêts à tout pour les retenir.
De leur côté, les Koffi débarquent en France pour le mariage de leur fille. Eux non plus ne sont pas au bout de leurs surprises…

Si vous avez aimé le premier film, vous ne serez pas déçus par le second. Sur une trame sans surprises, il reste très inventif dans les détails.


**** Edmond
2019 FR /   Alexis Michalik / 1H53

Décembre 1897 à Paris. Edmond Rostand n’a pas encore trente ans mais déjà deux enfants et beaucoup d’angoisses. Il n’a rien écrit depuis deux ans. En désespoir de cause, il propose au grand Constant Coquelin une pièce nouvelle, une comédie héroïque, en vers, pour les fêtes. Seul souci : elle n’est pas encore écrite. Faisant fi des caprices des actrices, des exigences de ses producteurs corses, de la jalousie de sa femme, des histoires de cœur de son meilleur ami et du manque d’enthousiasme de l’ensemble de son entourage, Edmond se met à écrire cette pièce à laquelle personne ne croit. Pour l’instant, il n’a que le titre : « Cyrano de Bergerac ».

J’avais des doutes avant d’aller voir ce film sorti en début d’année. Sur des dialogues reprenant les vers de la pièce de théâtre, le scénariste a construit un biopic imaginaire très astucieux et plein de rebondissements. Les seconds rôles sont réinventés , notamment Jeanne    l’habilleuse-muse-doublure et Honoré le lyrique patron de restaurant,  ce qui augmente la saveur des scènes de la pièce. Bref, si n’est pas déjà fait, allez le voir avant qu’il ne quitte les salles .


2019 USA- UK /  Josie Rourke    /2H04

Épouse du Roi de France à 16 ans, Marie Stuart, se retrouve veuve à 18 ans et refuse de se remarier conformément à la tradition. Au lieu de cela elle repart dans son Écosse natale réclamer le trône de ses ancêtres qui lui revient de droit. Mais la poigne d’Élisabeth Iʳᵉ , Reine d’Angleterre s’est étendue aussi sur l’Écosse.
Les deux jeunes reines, poussées par leurs conseils ne tardent pas à devenir de véritables sœurs ennemies et se battent pour la couronne d’Angleterre. Rivales aussi bien en pouvoir qu’en amour, toutes deux régnant sur un monde dirigé par des hommes, elles doivent impérativement statuer entre les liens du mariage ou leur indépendance.
Marie est catholique et Elisabeth protestante. Le pasteur John Knox jette l’anathème sur la putain papiste.  Les deux cours sont minées par la trahison, la conspiration et la révolte qui mettent en péril leurs deux trônes et menacent de changer le cours de l’Histoire.

Je l’ai vu pour 4 € dans le cadre du Printemps du cinéma. Si vous aimez les films historiques, celui-ci est plutôt bien fait.



**** Le mystère Henri Pick
2019 FR / Rémi Bezançon   /1H 40

Dans une étrange bibliothèque au cœur de la Bretagne,  Daphné Despero, une jeune éditrice, découvre un manuscrit extraordinaire qu'elle décide aussitôt de publier. Le roman devient un best-seller. Mais son auteur, Henri Pick, un pizzaïolo breton décédé deux ans plus tôt, n'aurait selon sa veuve jamais écrit autre chose que ses listes de courses. Persuadé qu'il s'agit d'une imposture, Jean-Michel Rouche, un célèbre critique littéraire, décide de mener l'enquête, avec l'aide inattendue de Joséphine la fille de l'énigmatique Henri Pick.

La critique des spectateurs est assez partagée. Sans dire que c’est un chef d’œuvre, j’ai bien aimé ce film. D’abord parce que j’adore Luchini, mais aussi par ce que c’est un polar bien ficelé où le suspense est conservé jusqu’à la fin. Allez le voir pour passer un bon moment de cinéma et accessoirement découvrir les méthodes du marketing moderne.


***** Green Book : Sur les routes du sud

2019 US /Peter Farrelly / 2H12
Coscénariste Nick Vallelonga

En 1962, alors que règne la ségrégation, Tony Vallelonga dit Tony Lip , un italo-américain du Bronx, marié, deux jeunes enfants, se retrouve au chômage suite à la fermeture temporaire de la boite de nuit dans laquelle il était videur. Il  est engagé pour conduire et protéger le Dr Don Shirley, un pianiste noir de renommée mondiale, lors d’une tournée de concerts de deux mois. Durant leur périple de Manhattan jusqu’au Sud profond, Tony utilise le Green Book, un guide de voyages  qui répertorie  les établissements accueillant les « negroes ».
 
Dans un pays où le mouvement des droits civiques commence à se faire entendre dans le nord, les deux hommes vont d’abord apprendre à se supporter. Tout les oppose en effet, la couleur de peau, le caractère, l’éducation, le milieu social, la réussite, les centres d’intérêt ... L’un est  un afro-américain, hyper cultivé et raffiné, mais prétentieux, suffisant et précieux, tandis que l’autre est un petit italo-américain, qui gagne péniblement sa vie dans l’ombre de la mafia italienne, bon père de famille, beau parleur et un peu soupe au lait.

Ce film a reçu l’OSCAR du meilleur film 2019 et c’est  tout à fait mérité. Le scénario est coécrit par Nick Vallelonga le fils ainé de Tony Lip qui avait 5 ans au moment des faits. Le générique final nous indique que Tony et Don Shirley sont restés amis jusqu’à leur mort en 2013 .
Par les temps qui courent une belle histoire d’amitié fait du bien. 




** ASAKO I&II
2019 FR JAP / Ryusuke Hamaguchi /1H 59


La jeune Asako a le coup de foudre pour Baku, jeune homme séduisant et imprévisible. Il s’absente  souvent du  domicile commun, et un jour ne revient pas.  Asako est bouleversée et quitte Osaka pour changer de vie.
Deux ans plus tard à Tokyo, elle tombe de nouveau amoureuse de Ryohei, un homme qui physiquement ressemble étrangement à Baku mais avec un caractère sécurisant. Ryohei la demande en mariage. Mais voilà que  Baku refait surface. Asako décide de plaquer Ryohei pour celui qu'elle n'a jamais vraiment réussi à oublier…

Je l’ai vu avec un couple d’amis.  Un seul à beaucoup aimé, les deux autres ont trouvé que ces marivaudages à la japonaise étaient un peu languissant. Cinématographiquement, c’est irréprochable, belle photo, belle mise en scène, paysages du Japon dans tous ses états ... L’actrice qui joue Asako est une beauté asiatique.
Bref, allez le voir seulement si vous êtes un grand fan du nouveau cinéma japonais.



*** Border
2019 SV-DK/  Ali Abbasi /1H48

Tina, est dotée d’un odorat extraordinaire. Elle travaille aux douanes et, telle un chien renifleur d’explosifs ou de drogues,  possède la faculté de flairer la honte et la culpabilité chez les gens. Mais quand Vore, un homme d'apparence suspecte, passe devant elle, ses capacités sont mises à l'épreuve pour la première fois. Tina sait que Vore cache quelque chose, mais n’arrive pas à identifier quoi. Pire encore, elle ressent une étrange attirance pour lui...

Le cinéaste Ali Abbasi, iranien d'origine a adapté « Gräns», une nouvelle de John Ajvide Lindqvist, en mélangeant conte de fées, récit fantastique, légende nordique et thriller. Il s’agit d’explorer les frontières entre  l'humanité et  l'animalité.
Tina et Vore se découvrent  des points communs :  leur physique ingrat et leur attirance pour manger des larves et des insectes, de plus ils ont tous deux une cicatrice dans la région lombaire et sont sexuellement hybrides.
Les scènes finales se passent dans le pays des mille lacs, pays où la réalité et les légendes s’enchevêtrent. Le film prend une tournure fantastique dans le monde des trolls et autres êtres malveillants.




*** Leto   (super biopic musical)
2018 Russe- FR/ Kirill Serebrennikov  /2H 06

Leto en russe dire L’été.  Un été, à Leningrad au début des années 80, quelques décennies avant la chute de l’empire communiste, les disques de Lou Reed et de David Bowie s'échangent en contrebande, et une scène rock émerge sous le contrôle absurde de la censure d’Etat.


Le film s’articule autour de la rencontre entre un eurasien Viktor Tsoï, jeune musicien en quête de reconnaissance, et Mike Naumenko, leader du groupe Zoopark. De cette rencontre va naître une relation tout en ego et musique, le rapport de maître à élève toujours sous-jacent.
Viktor Tsoï, devint même, avec son groupe new wave du nom de Kino, une véritable star .

Mais quand Viktor rejoint la communauté de chanteurs et musiciens rock, on devine que son charme n’indiffère pas la belle Natasha, mère d’un bébé qu’elle a eu avec son compagnon Mike. Le cinéaste filme avec élégance les échanges des uns et des autres, à la fois pleins de passion et de retenue.

Le film est pimenté de passages surréalistes gravés à même la pellicule



***  Une affaire de famille


2018 JAP/ Hirokazu Kore-eda / 2H01


Au retour d’une expédition de vol à l’étalage, Osamu Shibata et son fils Shota recueillent dans la rue la petite Juri, fille de leurs voisins le couple Hojo, qui s’est perdue sous une pluie glaciale. D’abord réticente à l’idée d’abriter l’enfant pour la nuit, Nobuyo, la femme d’Osamu, accepte de s’en occuper quand elle comprend que la fillette est maltraitée par ses parents. Ils retrouvent leur fille Aki Shibata dans le petit logement de Hatsue Shibata la mère d’Osamu.

Cette famille pauvre vit du maigre salaire des parents, des prestations de Aki dans un peep-show, de chapardages méthodiques au supermarché, de casse dans les automobiles en stationnement, et peut-être de la pension de retraite d’un grand-père dont ils n’ont pas déclaré le décès. C’est aussi une famille aimante, rieuse, câline, qui mange des nouilles ramen à tout bout de champ, boit du thé glacé en canettes ou croque des fraises tagada et se tient chaud en dormant les uns contre les autres. 



Le film  se compose de deux parties : La première montre la vie pauvre mais heureuse d’un groupe familial construit au gré des évènements de la vie et pour lequel les liens du sang ne sont pas l’essentiel. L’apothéose est une sortie au bord de la mer.

Dans la deuxième partie, les protagonistes sont rattrapés par la police. Il essaient de se couvrir les uns les autres, mais finalement des histoires enfouies dans un passé plus lointain sont mises à jour au cour des interrogatoires.

Ce n’est pas celui qu’on croit qui écope de la peine de prison la plus longue. Le groupe familial du début est dissout et les enfants se retrouvent dans leurs familles biologiques.

Les scènes finales montrent que l’amour est vainqueur. 

Cen'est pas le meilleur film de Hirokazu Kore-eda , et je pense que le film "Capharnaüm"de Nadine Labaki aurait davantage mérité la palme d'or à Cannes,


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire